NOS ACTIONS

ECOLE EPHEMERE

Création d’une école dans le camp de déplacés de Tharawan

Cette école éphémère a été créée en 2019  dans le camp de déplacés de Tharawan au Yémen, à 100km au nord de Sana’a à l’initiative des Associations Al-Baradoni et My Future Yemen.  Elle a vu le jour grâce à des dons et permet de scolariser à ce jour 70 élèves, privés d’école à cause de la guerre. Elle apporte également à leur famille une aide alimentaire.

Contexte yéménite

Dans les circonstances actuelles au Yémen, des milliers d’écoles ont été bombardées et ont fermé, et 5 millions d’enfants n’ont désormais plus accès à l’éducation. Certains ont été recrutés dans les combats et un grand nombre de familles ont été déplacées dans des camps comme celui de Tharawan au Nord de Sana’a où les enfants sont livrés à eux-mêmes.

C’est là qu’a vu le jour la première école éphémère de l’association. Un projet visant aussi à aider les enfants à se remettre des épreuves stressantes qu’ils ont subies. Les activités proposées ont pour but de favoriser leurs capacités de survie et leurs facultés à nouer des relations, de développer leur adaptabilité, leur capacité à gérer leurs émotions, mais aussi à les mettre à l’abri du danger.

Démarrage

Après quelques difficultés locales, une tente a finalement pu être dressée et les inscriptions ont été effectuées : 70 élèves, issus de 45 familles, sont répertoriés.  A ce jour, 66 enfants sont régulièrement présents. Il a été décidé de former deux groupes du même niveau pour cette première année.

Les livres et les fournitures ont été distribués  en début d’année scolaire : pour chaque enfant, un sac à dos, six cahiers, crayon, gomme, règle et quatre livres. Les professeurs ont gardé les crayons de couleur pour les donner en récompense aux enfants.

Le budget a été alourdi par le recrutement d’un gardien pour surveiller la tente la nuit, afin d’éviter qu’elle ne soit pillée ou dégradée.

Aide complémentaire aux familles

L’objectif étant d’associer l’enseignement d’une aide alimentaire, les 45 familles des enfants présents régulièrement à l’école ont reçu des vivres, farine, huile et sucre, et cela une fois par mois.

Le but est de les fidéliser et d’améliorer les conditions de vie qui sont très précaires.